Archive for the ‘En vrac’ Category

Les couleurs du temps qui passe

 L’Atelier de création libertaire vient de faire paraître un recueil  de poésies bilingues. Un choix de poèmes en italien composés par Mimmo Pucciarelli a été traduit en français par l’Atelier de traduction du département d’italien de l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Le travail d’édition a été réalisé par des étudiantes du master Métiers du livre et de l’édition du même établissement. Un formidable travail d’équipe, encadré par l’ACL. En prime, une traduction d’une poésie qui ne figure pas dans le recueil, Se per caso : Lire la suite de ce billet »

Ad una prostituta A une prostituée Gigi Damiani 1899

Gigi Damiani a vingt-trois ans lorsqu’il compose le poème Ad una prostituta « À une prostituée », dans lequel on prend déjà la mesure de la façon dont il conçoit sa poésie. Chez lui, pas de sentimentalisme ni d’émotions gratuites, pas d’amour aveugle pour le « peuple » qui ne mérite que le mépris quand il est lui-même méprisant envers ceux qui sont différents, parce qu’ils professent d’autres idées ou qu’ils ne respectent pas les règles Lire la suite de ce billet »

Brassens à Marseille, au CIRA, avec Meille

brassens-lit-le-libertaire En décembre, Brassens fait un tour au CIRA de Marseille. Il sera peut-être question de Brassens anarchiste, mais surtout de Georges, fils de l’Italienne, comme il appelait affectueusement sa mère,  née Elvira Dagrosa (voir un précédent billet sur ce blog : Brassens était anarchiste et « italien »). Puisque Brassens se paie un tour chez les anars, c’est l’occasion d’aller lire sa notice dans le Maitron, ce fabuleux outil de recherche qui  comporte des dizaines de milliers de biographies, et notamment celles de nombreux anarchistes français. Surprise, le Maitron ne consacre pas une mais bien deux notices. La première ne fait pas du tout mention des ascendances italiennes de Georges (qui lui même ne savait pas que ses grands-parents maternels venaient de la Basilicate), contrairement à la version nouvelle, toute récente (2017 semble-t-il), où il est souligné qu’Elvira était originaire du  sud de l’Italie.  Puis on ne réussit pas tout à fait à échapper aux stéréotypes: « Avec sa mère, Georges Brassens découvrit tôt la musique traditionnelle italienne et s’initia dès son jeune âge à la mandoline. » Pour savoir quel était vraiment le premier instrument de Georges, avant le piano et la guitare, et pour échanger sur les musiques « italiennes » qu’il écoutait dans sa jeunesse,  venez au CIRA à Marseille. Grâce à Meille, la rencontre sera illustrée en musique.

Compte rendu savoureux et insolite du congrès anarchiste de Saint-Imier en 1872

hôtel_de_ville_saint_imier

Nous arrivâmes à la queue leu leu : Malatesta, Cafiero et Bakunin firent le déplacement dans la voiture que des camarades du Tessin avaient louée, tandis que Fanelli, Labruzzi, Costa et moi fîmes le trajet à pied. Une belle aventure, hormis le fait que pour arriver à temps, nous sommes partis de Dogliani le 15 août. Une chaleur infernale pour commencer, puis de grands écarts thermiques ensuite. Heureusement que j’avais emporté du bon Dolcetto, tandis que Costa et Labruzzi avaient acheté de la tume de brebis et de chèvre des Langhe et des ghërsin robatà (gressins). Fanelli, comme à son habitude, n’avait rien (ce n’est pas pour rien qu’il est ami avec Bakounine, qui joue toujours au pique-assiette) et il est âgé (il est né en 1827). Mais n’insistons pas, nous nous rattraperons l’été prochain, chez lui, à Naples. Même si le trajet a été pénible, nous avons eu nos satisfactions : nous avons fait étape à plusieurs endroits, nous avons goûté de nombreux plats locaux et nous avons parfois fait des excès, comme le jour où après un bref arrêt à Milan (je crois que c’était autour du 28 août), nous sommes allés manger chez une tante de James Guillaume, dans la province de Côme. Cette petite vieille agile et sympathique a eu la bonne idée de nous cuisiner une version régionale de la cassoeula  !!! Comme vous le savez la cassoeula, y compris dans ses versions les plus connues, est à base de chou et des parties les moins nobles du cochon, la couenne, les cotilles et, dans les versions les plus élaborées, de pieds de porc, de saucisses et de museau. Dans la version de Côme, il n’y a pas de pieds de porc, mais de la tête de porc. Carlo Cafiero se mit à manger comme un désespéré : on aurait dit qu’il ne mangeait plus depuis l’époque du Carbonarisme. Puis il a eu une telle crise de dysenterie qu’il vaut mieux ne pas insister ! Lire la suite de ce billet »

Brassens était anarchiste et «italien»

couverture_sur_brassens_feliciIl vous reste quelques jours pour souscrire à l’ouvrage Sur Brassens et autres « enfants » d’Italiens, Textes et témoignages recueillis par Isabelle Felici, au prix de 19 € au lieu de 25 € (hors frais de port). L’ouvrage paraîtra en mars 2017. La souscription se fait par courrier ou en ligne : https://www.pulm.fr/index.php/9782367812373.html
Le dessin de
cou
verture, «Un air de famille» (voir ci-contre) est de Baru.
En accédant au sommaire, vous verrez que le premier texte de ce recueil convie à une ballade dans l’univers familial, amical, musical, poétique et culinaire « italien » de Georges Brassens. Même ses fervents admirateurs ignorent souvent qu’il était anarchiste et encore plus souvent que sa mère, née à Sète, était d’origine italienne. Georges l’appelait affectueusement l’Italienne et il croyait, à tort d’ailleurs, qu’elle était napolitaine.
Parmi les récits et témoignages suivants, vous trouverez celui d’un autre anarchiste «italien», par le biais de sa grand-mère née en Sicile: Ronald Creagh, qui avait déjà raconté ce «détail» de sa biographie dans L’anarchisme en personnes. Son texte de souvenirs nous montre qu’il ne s’agit pas que d’un détail.
Dans les deux cas, c’est à suivre… jusqu’en mars, date de la parution de l’ouvrage.

Le journal Le Parisien s’intéresse aux anarchistes italiens

famille-gilioli-fontenay-1937Le 1er janvier 2017 Le Parisien publiait un article intitulé «Fontenay : une famille d’anarchistes italiens gagne ses lettres de noblesse». Il fait suite à une publication, dans l’Almanach 2017 de la commune de Fontenay-sous-Bois, de quelques éléments biographiques sur  la famille Giglioli, dont un membre, Ribelle, 93 ans, habite  toujours dans cette commune de banlieue de la petite couronne de Paris . Lire la suite de ce billet »

Pio Turroni à l’université

pio-turroni-debout-a-droite

Grâce à Françoise Fontanelli Morel, qui a rédigé une thèse intitulée Le mouvement anarchiste italien en exil dans le Sud-Est de la France durant l’Entre-deux-guerres : Pio Turroni, une approche biographique, soutenue le 8 décembre 2017, Pio Turroni entre à l’université.
Né en 1906, Pio Turroni a vécu des périodes troubles de l’histoire italienne et mondiale, au cours desquelles il n’a cessé d’être actif, maintenant des contacts avec les anarchistes (italiens et non italiens) du monde entier, comme le montre l’énorme documentation recueillie par Françoise Fontanelli Morel.
En 1939, du fait de son activité antifasciste, Pio Turroni est arrêté et il passe de longs mois enfermé au Fort Saint Nicolas à Marseille. Le 26 décembre 1939, il écrit au juge d’instruction une lettre que Françoise Fontanelli Morel reproduit dans son travail et dont nous citons des extraits ci dessous, comme une invitation à mieux connaître la personnalité de Turroni et son parcours.
Il faut espérer que ce travail si bien entamé aboutisse à une publication, pourquoi pas à un épistolaire.

[…] J’ai passée disept ans en France et j’ai tous jours travaillée. […] Dans tout ce temps je n’ai pas eu  le plus  petit proces verbal.
Et on trouve moyen de m’accuser d’espionnage! D’une accusation si infamante! Quant tout le monde sait que j’ai eu tousjours de l’avversion pour les pays de dictature. A profit de qui j’aurais fait l’espion? Je suis partir en 1922 d’Italie et jamais je remis les pieds; même quand mon père et ma mère sont mort, chez moi. En 1922 quand j’ai quittée le pays, mon père m’avait fait jurer de jamais retourner en Italie tant que Mussolini restait au  pouvoir. J’ai continué de mon avversion au fascisme en allant à combattre en Espagne où j’ai versé du sang, je suis partis d’Espagne dégoutée et pour me sauver des bolscevichs. Entrée en France j’ai immediatament recomencée à travailler. Ce sont des choses faciles à controler. Je me demande pourquoi  après 45 jours je suis encore en prison. […]

Amedeo Bertolo, entre intimité et internationalisme

mosaico-spilimbergo

Par les hasards de la vie, j’ai rencontré Amedeo Bertolo plusieurs fois en dehors du contexte de l’anarchisme, la première par le biais d’une amie brésilienne qui connaissait quelqu’un… qui connaissait Amedeo. C’était justement au moment où je me rendais pour mes recherches au Centre Pinelli de Milan, sans savoir qu’il en était le fondateur. Bien plus tard, toujours en dehors du contexte de l’anarchisme, ce fut par le biais d’une collègue qui connaissait quelqu’un… qui connaissait Amedeo. Entre les deux occasions, j’avais approché de très près Amedeo en traduisant, pour l’Atelier de création libertaire, son entretien avec Mimmo Pucciarelli. J’ai beaucoup aimé la  personne que je découvrais au fil du texte et j’ai été touchée de savoir, indirectement, qu’Amedeo avait apprécié la traduction. Alors que nous aurions eu quelques (rares) occasions, à Milan ou à Florence, d’en parler ensemble, cela n’a pas été le cas et je ne peux que regretter maintenant que timidité et pudeur m’aient fait manquer cet échange.
Je ne sais pas dans quelle mesure les anarchistes français, qui n’auraient pas de lien avec l’Italie, connaissent Amedeo Bertolo. En lisant ses propos, recueillis par Mimmo Pucciarelli, ils pourront re-découvrir tout un pan de l’histoire de l’anarchisme en Italie et en Europe dont il  a été un moteur depuis la fin des années cinquante.

«Eloge du cidre», L’anarchisme en personnes. Récits de vie et anarchie, Lyon, Atelier de création libertaire, 2006. Voir ici pour télécharger le texte de l’entretien ou ici pour le lire en ligne. Voir ici comment se procurer l’ouvrage.

Lire la suite de ce billet »

Elena, Bénédicte, Jorge et les autres

ecris-ta-theseAvec quelques décennies de retard, je mets à disposition, dans une version légèrement remaniée par rapport à la version papier qui a circulé, ma thèse de doctorat sur Les Italiens dans le mouvement anarchiste au Brésil (1890-1920), soutenue en 1994 à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3. Le document était (et est encore) disponible sur le site Raforum, ce qui a beaucoup contribué à le faire connaître. Merci à Ronald Creagh!
Ce  travail a connu quelques déboires éditoriaux. Robert Paris, membre du jury, a beaucoup encouragé sa publication à l’époque, mais l’ouvrage n’est pas arrivé au bon moment pour certains éditeurs ou était trop spécialisé pour d’autres (mais les lecteurs de ce blog savent que la partie sur la colonie Cecilia a trouvé sa place à l’Atelier de Création Libertaire, ici), Plusieurs projets de traduction n’ont pas abouti, malgré cela, l’obstacle de la langue ne semble pas avoir gêné les chercheurs qui ont utilisé le texte, et l’ont cité, ce qui ne va pas toujours de pair!

Le texte, un peu remanié pour plus de lisibilité, est disponible sur les Archives ouvertes  :  https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01359546v1 ou ici.

En route pour Santa Barbara (Palmeira, Brésil)

La route qui conduit à l’endroit  où s’était implanté la Cecilia n’est guère confortable.

cristina-duarte-1

Cela n’a pas découragé Cristina Duarte de se rendre sur place et de me faire partager en photos sa visite. Il suffit de suivre les indications:

cristina-duarte-2

Lire la suite de ce billet »

L’histoire de l’anarchisme italien est liée, par bien des aspects, à l’histoire de l’émigration italienne. Malatesta lui-même a passé une bonne partie de son existence hors d’Italie, en Amérique du Sud et à Londres (mais aussi en Égypte et ailleurs), avant son retour rocambolesque en Italie en 1919, et il était en contact avec des militants répartis aux quatre coins du monde. Le fil conducteur choisi pour ce blog offre donc un vaste champ d’investigation. Ce sera la seule contrainte que nous nous imposerons : nos « conversations » auront toutes pour point de départ les vicissitudes des anarchistes italiens dans le monde et aborderont, au fil de l’actualité, de l’humeur, peut-être aussi des réactions et des demandes des lecteurs, des sujets variés, que nous illustrerons si possible de photographies, documents d’archives, correspondances, textes traduits de l’italien…

Catégories
Archives