Articles avec le tag ‘Bartolomeo Vanzetti’

Elisa. À l’ombre des anarchistes italiens en exil

Le Roman d'Elisa couvertureUn livre m’est arrivé il y a quelque temps, Le Roman d’Elisa, que m’envoyaient ses auteures, deux cousines désireuses de rendre hommage à leur grand-mère, qui avait été la compagne d’anarchistes italiens en exil et qui avait elle-même connu l’expérience de l’émigration. Par ces quelques lignes, je rends à mon tour hommage à Elisa, que je ne connais qu’à travers le récit de sa vie patiemment reconstruit par ses petites-filles, Laurence et Nathalie, grâce à des photographies, des documents familiaux et personnels, des entretiens avec des proches de deux côté des Alpes, des documents d’archives, des livres d’histoire, etc. À travers Elisa, l’hommage est aussi rendu aux femmes qui n’entreront jamais dans aucun dictionnaire biographique parce qu’au regard de l’Histoire, elles n’ont pas eu un rôle de premier plan, mais ont seulement été compagne de…, mère des enfants de…, cuisinières, infirmières, amantes et maîtresses de…, parfois aussi victimes de violences et de machisme. Autrement dit, rien qui ne mérite de passer à la postérité.

Lire la suite de ce billet »

Avignon festival Off 2011 On n’oublie pas Sacco et Vanzetti

sacco-et-vanzetti-avignon-2011Le festival off d’Avignon 2011 propose une pièce intitulée, simplement, Sacco et Vanzetti, écrite et mise en scène par Loïc Joyez.
Un décor unique, qui évolue grâce à des caissons montés sur roulettes pour devenir tour à tour bureau d’un commissaire de police, banc des accusés, comptoir de bar, lit de prisonnier, tribune du juge… Mais tout commence par le commencement: les caissons sont d’abord là où ils doivent être, simplement, sur le quai d’un port que quittent l’un après l’autre, valise à la main, Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti.
Une femme, la mère/la mort, accompagne leur départ et interroge leurs espérances. Quelques secondes et des années plus tard, Lire la suite de ce billet »

Sacco et Vanzetti. Un hommage populaire en chanson

La protestation contre l’exécution de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti, à Boston en 1927 a pris des dimensions planétaires et a impliqué tous les milieux politiques et populaires. En France, la protestation a aussi pris une forme musicale, aujourd’hui oubliée. Une chanson en vogue, « Pour un tango », interprétée par Nicolas Amato, sur lequel les amateurs de la variété française des années vingt et trente pourront peut-être nous informer, a servi de base mélodique à un hommage posthume à Sacco et Vanzetti, hommage dont nous indiquons ci-dessous le texte. Les paroles ont circulé sur une de ces partitions imprimées que, dans le passé, on vendait dans les rues et les campagnes. Lire la suite de ce billet »

L’histoire de l’anarchisme italien est liée, par bien des aspects, à l’histoire de l’émigration italienne. Malatesta lui-même a passé une bonne partie de son existence hors d’Italie, en Amérique du Sud et à Londres (mais aussi en Égypte et ailleurs), avant son retour rocambolesque en Italie en 1919, et il était en contact avec des militants répartis aux quatre coins du monde. Le fil conducteur choisi pour ce blog offre donc un vaste champ d’investigation. Ce sera la seule contrainte que nous nous imposerons : nos « conversations » auront toutes pour point de départ les vicissitudes des anarchistes italiens dans le monde et aborderont, au fil de l’actualité, de l’humeur, peut-être aussi des réactions et des demandes des lecteurs, des sujets variés, que nous illustrerons si possible de photographies, documents d’archives, correspondances, textes traduits de l’italien…