Articles avec le tag ‘émigration italienne’

Brassens à Marseille, au CIRA, avec Meille

brassens-lit-le-libertaire En décembre, Brassens fait un tour au CIRA de Marseille. Il sera peut-être question de Brassens anarchiste, mais surtout de Georges, fils de l’Italienne, comme il appelait affectueusement sa mère,  née Elvira Dagrosa (voir un précédent billet sur ce blog : Brassens était anarchiste et “italien”). Puisque Brassens se paie un tour chez les anars, c’est l’occasion d’aller lire sa notice dans le Maitron, ce fabuleux outil de recherche qui  comporte des dizaines de milliers de biographies, et notamment celles de nombreux anarchistes français. Surprise, le Maitron ne consacre pas une mais bien deux notices. La première ne fait pas du tout mention des ascendances italiennes de Georges (qui lui même ne savait pas que ses grands-parents maternels venaient de la Basilicate), contrairement à la version nouvelle, toute récente (2017 semble-t-il), où il est souligné qu’Elvira était originaire du  sud de l’Italie.  Puis on ne réussit pas tout à fait à échapper aux stéréotypes: “Avec sa mère, Georges Brassens découvrit tôt la musique traditionnelle italienne et s’initia dès son jeune âge à la mandoline.” Pour savoir quel était vraiment le premier instrument de Georges, avant le piano et la guitare, et pour échanger sur les musiques “italiennes” qu’il écoutait dans sa jeunesse,  venez au CIRA à Marseille. Grâce à Meille, la rencontre sera illustrée en musique.

Brassens était anarchiste et «italien»

couverture_sur_brassens_feliciIl vous reste quelques jours pour souscrire à l’ouvrage Sur Brassens et autres « enfants » d’Italiens, Textes et témoignages recueillis par Isabelle Felici, au prix de 19 € au lieu de 25 € (hors frais de port). L’ouvrage paraîtra en mars 2017. La souscription se fait par courrier ou en ligne : https://www.pulm.fr/index.php/9782367812373.html
Le dessin de
cou
verture, «Un air de famille» (voir ci-contre) est de Baru.
En accédant au sommaire, vous verrez que le premier texte de ce recueil convie à une ballade dans l’univers familial, amical, musical, poétique et culinaire « italien » de Georges Brassens. Même ses fervents admirateurs ignorent souvent qu’il était anarchiste et encore plus souvent que sa mère, née à Sète, était d’origine italienne. Georges l’appelait affectueusement l’Italienne et il croyait, à tort d’ailleurs, qu’elle était napolitaine.
Parmi les récits et témoignages suivants, vous trouverez celui d’un autre anarchiste «italien», par le biais de sa grand-mère née en Sicile: Ronald Creagh, qui avait déjà raconté ce «détail» de sa biographie dans L’anarchisme en personnes. Son texte de souvenirs nous montre qu’il ne s’agit pas que d’un détail.
Dans les deux cas, c’est à suivre… jusqu’en mars, date de la parution de l’ouvrage.

Gilbert Roth avait un grand-père italien et anarchiste

Gilbert Roth Florence 2013. Photo Fiamma Chessa

Gilbert Roth Florence 2013. Photo Fiamma Chessa

J’ai connu Gilbert au CIRA de Marseille. Je le voyais régulièrement (causeries, recherches, livres, petites bouffes mijotées sur le camping gaz…) mais c’est finalement lorsque je me suis installée à Montpellier que je l’ai davantage côtoyé: il faisait régulièrement étape chez nous en se rendant à Perpignan, Toulouse, Limoges…, la voiture pleine de bouquins ou de caisses de vin. Il prévoyait toujours une bouteille pour accompagner le repas qu’on partageait. Il est venu un jour avec la copie du dossier de police de son grand-père, Attilio Cini, qu’un copain avait été chercher pour lui aux archives à Rome. La traduction faite, il avait été un peu déçu que le grand-père italien n’ait pas plus de hauts faits à son actif. Mais il avait la confirmation d’une information qu’il connaissait déjà, bien que la mémoire familiale ait failli effacer ce “détail”: le grand-père italien était anarchiste. A ce grand-père, Gilbert avait consacré un petit texte en forme de roman familial, entre mémoire et fiction, texte qui avait été intégré dans le recueil Enfants d’Italiens quelle(s) langue(s) parlez-vous, textes et témoignages recueillis par Isabelle Felici et Jean-Charles Vegliante, Toulon, éditions Gehess, 2009. Pour les amis de Gilbert qui voudront le retrouver le temps de la lecture, revoici ce texte: Lire la suite de ce billet »

Elisa. À l’ombre des anarchistes italiens en exil

Le Roman d'Elisa couvertureUn livre m’est arrivé il y a quelque temps, Le Roman d’Elisa, que m’envoyaient ses auteures, deux cousines désireuses de rendre hommage à leur grand-mère, qui avait été la compagne d’anarchistes italiens en exil et qui avait elle-même connu l’expérience de l’émigration. Par ces quelques lignes, je rends à mon tour hommage à Elisa, que je ne connais qu’à travers le récit de sa vie patiemment reconstruit par ses petites-filles, Laurence et Nathalie, grâce à des photographies, des documents familiaux et personnels, des entretiens avec des proches de deux côté des Alpes, des documents d’archives, des livres d’histoire, etc. À travers Elisa, l’hommage est aussi rendu aux femmes qui n’entreront jamais dans aucun dictionnaire biographique parce qu’au regard de l’Histoire, elles n’ont pas eu un rôle de premier plan, mais ont seulement été compagne de…, mère des enfants de…, cuisinières, infirmières, amantes et maîtresses de…, parfois aussi victimes de violences et de machisme. Autrement dit, rien qui ne mérite de passer à la postérité.

Lire la suite de ce billet »

Coup d’éclat antifasciste à Aubagne en 1932

Le 14 janvier 1932, une bombe explose à Aubagne. Ses échos continuent de résonner dans la mémoire de quelques habitants de cette tranquille bourgade à la périphérie de Marseille. Était-ce bien une bombe anarchiste? N’était-ce pas plutôt, comme à Juan-les-Pins quelques années plus tôt, un faux attentat perpétré par des fascistes? Qui a-t-on vraiment visé? La bombe a-t-elle vraiment été déposée par des fascistes «pour faire sauter le siège de la société de secours mutuel constituée entre émigrés italiens, à l’époque regroupés dans la salle du restaurant Rosier», comme le laisse entendre, bien des années plus tard, un grand quotidien régional?
Lire la suite de ce billet »

Les Croquignard, une «bande à Bonnot des montagnes»?

Quebeuls vient de tracer le dernier trait de crayon de son double album intitulé Les Croquignard. On avait fait connaissance, dans le premier volume (Bandits fantômes dans les Alpes, éditions du Fournel, L’Argentière-La Bessée, 2008), avec cette fratrie originaire du village de Mentoulles dans la Val Chisone, une des vallées piémontaises où l’on parle l’occitan, il patouà. Le second volume (Les années rouges, éditions du Fournel, L’Argentière-La Bessée, 2010) nous révèle le sort, entre émigration, expulsion, emprisonnement, cavale, fusillade avec les gendarmes ou les carabiniers, travaux forcés, etc. que connaissent Luigi, Alessandro, Ernesto et Pietro Croquignard, dont le vrai patronyme, que Quebeuls ne révèle pas par respect pour les descendants, ne « sonne » pas plus italien que le nom de leur village d’origine. Lire la suite de ce billet »

L’auteure

Isabelle Felici est Professeur en études italiennes à l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Ses recherches portent sur les manifestations culturelles liées aux phénomènes migratoires que connaît l’Italie des XIXe-XXIe siècles. Elle a notamment travaillé sur les Italiens au Brésil, avec une thèse de doctorat sur la presse anarchiste en langue italienne de São Paulo (1890-1920). Aux éditions de l’ACL elle a publié en 2001, La Cecilia. Histoire d’une communauté anarchiste et de son fondateur Giovanni Rossi et, en 2009, Poésie d’un rebelle. Gigi Damiani, poète, anarchiste, émigré. Elle s’est également intéressée aux manifestations littéraires et cinématographiques de l’immigration, notamment marocaine, en Italie. Elle est associée, depuis sa création, aux travaux de CIRCE, centre interdisciplinaire de recherche sur la culture des échanges de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (http://circe.paris3.fr) et est membre de l’équipe LLACS (Langues, littératures, arts et cultures des suds) de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Parmi ses derniers travaux, un recueil de témoignages et de récits sur le parcours des descendants d’Italiens : Sur Brassens et autres “enfants” d’Italiens, à paraître aux PULM, Montpellier, en 2017.

Isabelle Felici

Les anarchistes italiens dans le monde

Une grande partie de l’histoire de l’anarchisme italien se déroule de par le monde, les anarchistes ayant quitté l’Italie pour des raisons politiques, expulsés, fuyant une probable arrestation… ou, comme l’ont fait des millions d’autres Italiens pendant plus d’un siècle, pour trouver ailleurs un sort meilleur.
A Paris, Marseille, New York, Tunis, São Paulo, Buenos Aires…, leurs actions de propagande ont pris appui sur l’existence d’importantes communautés d’Italiens, au sein desquelles circulaient leurs journaux, les listes de souscription, étaient organisées les soirées récréatives destinées à recueillir des fonds, explosaient des mouvements de grève… L’histoire de l’anarchisme italien est donc liée, par bien des aspects, à l’histoire de l’émigration italienne. Malatesta lui-même a passé une bonne partie de son existence hors d’Italie, en Amérique du Sud et à Londres (mais aussi en Égypte et ailleurs), avant son retour rocambolesque en Italie en 1919, et il était en contact avec des militants répartis aux quatre coins du monde.
Le fil conducteur choisi pour ce blogue offre donc un vaste champ d’investigation. Ce sera la seule contrainte que nous nous imposerons : nos « conversations » auront toutes pour point de départ les vicissitudes des anarchistes italiens dans le monde et aborderont, au fil de l’actualité, de l’humeur, peut-être aussi des réactions et des demandes des lecteurs, des sujets variés, que nous illustrerons si possible de photographies, documents d’archives, correspondances, textes traduits de l’italien…

L’histoire de l’anarchisme italien est liée, par bien des aspects, à l’histoire de l’émigration italienne. Malatesta lui-même a passé une bonne partie de son existence hors d’Italie, en Amérique du Sud et à Londres (mais aussi en Égypte et ailleurs), avant son retour rocambolesque en Italie en 1919, et il était en contact avec des militants répartis aux quatre coins du monde. Le fil conducteur choisi pour ce blog offre donc un vaste champ d’investigation. Ce sera la seule contrainte que nous nous imposerons : nos « conversations » auront toutes pour point de départ les vicissitudes des anarchistes italiens dans le monde et aborderont, au fil de l’actualité, de l’humeur, peut-être aussi des réactions et des demandes des lecteurs, des sujets variés, que nous illustrerons si possible de photographies, documents d’archives, correspondances, textes traduits de l’italien…