Bakounine dans le Plan B

arton870-94648Dans le dernier numéro du Plan B, il est brièvement question de Bakounine, dans la rubrique p. 14 « L’histoire n’est pas finie ». Le problème, c’est que l’honorable organe de la Sardonie libre reproduit une erreur qu’on trouve un peu partout sur le Catéchisme révolutionnaire. Malheureusement, il semblerait que la boîte mail de la rédaction soit pleine jusqu’au gosier (il semblerait que la progression vertigineuse des ventes du Plan B ait conduit son équipe dans la débauche la plus effrénée, de sorte qu’ils ne consultent plus leur boîte mail). Du coup, je copie ici le petit mot que j’ai tenté de leur envoyer.

Cher Plan B,

Dans ta rubrique « L’histoire n’est pas finie », tu as commis une erreur non pas moustachue [allusion sardone à la moustache d’un célèbre tartuffe du PPA] mais barbue: tu attribues à Netchaïev « avec l’aide semble-t-il de Bakounine » le Catéchisme révolutionnaire. Cette erreur traîne un peu partout mais elle n’en est pas moins une erreur.
Or donc j’explique:
– Bakounine a rédigé en 1864 sous une forme abrégée, puis en 1866 sous une forme plus développée, un Catéchisme révolutionnaire, qui est un exposé des principes et du programme de son organisation révolutionnaire (organisée sur le mode des sociétés secrètes) – la destruction du PPA [Parti de la Presse et de l’Argent en langage sardon] de l’époque.
– Netchaïev a écrit en 1868 un Catéchisme DU révolutionnaire, auquel la participation de Bakounine apparaît très douteuse (voir notamment la lettre de rupture entre les deux en juin 1870, où Bakounine dit tout le mal qu’il pense d’un catéchisme qui est probablement le Catéchisme du révolutionnaire), et qui consiste pour l’essentiel à énumérer les caractéristiques du vrai révolutionnaire (en gros: être totalement l’instrument de la Cause).

Pour ce qui est plus généralement des relations entre Bakounine et Netchaïev, à mon avis, le vieux révolutionnaire en exil a été fasciné par l’énergie qui se dégageait du jeune instituteur et a cru voir en lui un biais pour entrer en contact avec le mouvement révolutionnaire en Russie – mais c’est une autre histoire.

J’en ai un peu parlé ici (comme dirait Philippe Corcuff):

http://atelierdecreationlibertaire.com/blogs/bakounine/bakounine-dans-lhistoire-du-terrorisme-de-blin-et-chaliand-68/

Voilà, à part ça, Vive la Sardonie Libre et Mort au PPA!

JCA

[Après-coup, je me rends compte que l’erreur en question prend malheureusement place dans un (excellent) numéro qui titre sur les falsificateurs de l’histoire…]

Laisser un commentaire

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives