Archive pour la catégorie ‘Biographie’

La Confession de Bakounine au Passager Clandestin

confcouvLe printemps et l’été ayant été bien chargés, je me suis rendu compte, lorsque l’automne fut venu, que je n’avais fait qu’annoncer la parution de la réédition de la Confession, et que je ne l’avais pas désannoncée, comme on dit à la radio. Mea maxima culpa (puisqu’il faut se confesser), mais mieux vaut tard que jamais.

Depuis le mois de mai 2013, il est donc possible de se procurer, dans toute bonne librairie (par exemple, à Lyon, à La Gryffe ou au Bal des ardents si vous l’achetez, et ailleurs si vous la volez), cette nouvelle édition de la Confession de Bakounine. Pourquoi préférer cette acquisition à l’un des 555 livres qui marquent la rentrée littéraire en France? Tout simplement pour les raisons suivantes: Lire la suite de cette entrée »

Réédition prochaine de la Confession de Bakounine

conf_page1Autour du 15 mai prochain, l’excellente maison d’édition « Le passager clandestin » rééditera le texte de la Confession de Bakounine. J’ai rédigé la présentation et les notes de cette réédition, basée sur la traduction publiée en 1932 et réalisée par Paulette Brupbacher. C’est cette même traduction qui avait été rééditée en 1974 aux Presses Universitaires de France et que l’on trouve sur le CD-Rom des Œuvres complètes de Bakounine. Comme je l’ai déjà signalé sur ce blog à l’occasion d’un article sur cet ouvrage, une autre traduction existe en annexe du livre de Duclos. Bakounine avait rédigé ce texte au cours de l’été 1851, alors qu’il venait d’être livré à la Russie par l’empire d’Autriche (qui le détenait lui-même après qu’il lui eut été livré par le royaume de Saxe, puisque Bakounine avait été arrêté dans ce pays pour sa participation à l’insurrection de Dresde en mai 1849).

La collection « rééditions » dans laquelle sera publiée cette nouvelle édition de la Confession a pour particularité de faire précéder le texte d’une présentation par un spécialiste, et de le faire suivre d’un document contemporain qui suggère une actualité du texte réédité. Je vous laisse découvrir, en temps voulu, les parallèles qu’il a été possible de faire entre ce que raconte Bakounine dans ce texte et notre époque.

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine et les ovalistes lyonnaises: une question de René Berthier à la cantonade

ovalis-370e3J’ai reçu le message ci-dessous de René Berthier qui me demande de le faire passer via ce blog. Il est question de la manière dont Bakounine a pu être désigné comme représentant des ouvrières ovalistes lyonnaise au congrès de Bâle de l’Internationale en 1869. Si vous avez des éléments de réponse à fournir à René, n’hésitez pas à les laisser en commentaire de ce billet. Pour ma part, j’incline à penser (préalablement à toute recherche sur la question) que ce sont les amis de Bakounine à Lyon qui l’ont fait désigner comme représentant de ces ouvrières. C’est notamment la personnalité d’Albert Richard qui me fait songer à cela (mais mon appréciation de cette personnalité est orientée par ce que je sais de son parcours ultérieur, peu glorieux). En effet, Albert Richard ne répugnait pas aux manœuvres qui sont habituellement le lot des parlements et des organisations politiques qui aspirent à y figurer. Ci-contre, la couverture de l’ouvrage que Claire Auzias et Annik Houel ont consacré à la grève des ovalistes de 1869 (Payot, 1982).

Lire la suite de cette entrée »

Rue Bakounine, Morlaix

p1070317Profitant d’une escapade en Bretagne, aidé pour cela par un ami du cru, et comme il était peu probable qu’elle vînt à moi, je suis allé voir la rue Bakounine à Morlaix. Comme on pouvait le craindre après consultation d’un plan de la ville, la rue est située en bordure d’une 4 voies, à proximité d’une grande zone commerciale. Il s’agit d’une rue résidentielle dont les bâtiments (des pavillons façon lotissement du côté des numéros pairs et des tours du côté des numéros impairs) ont sans doute été construits dans les années 70.

Lire la suite de cette entrée »

Misha Tsovma à Lyon

mishaterreauxAu mois de décembre, j’ai reçu la visite à Lyon de Misha Tsovma, dans le cadre de la préparation de son documentaire sur Bakounine et sur ceux qui s’intéressent à lui de par le vaste monde. La photo qui illustre ce papier a bien entendu été prise sur la place des Terreaux, devant cet hôtel de ville qui vit se dérouler la tentative d’insurrection du 28 septembre 1870, et comme le hasard fait parfois bien les choses, ladite place était ornée du fameux A cerclé.

En venant à Lyon, Misha était en quête d’endroits à filmer par lesquels Bakounine serait passé. Bien entendu, les choses ne sont pas si simples: plusieurs de ces endroits n’existent plus, et pour d’autres il est devenu difficile d’en connaître l’adresse exacte. Pour l’essentiel nous nous sommes rendu en 4 endroits: Lire la suite de cette entrée »

Joseph Favre: un cuisinier bakouninien?

josephfavreAu cours de la période d’hibernation estivale du blog, Marianne Enckel, du CIRA de Lausanne, m’a communiqué une notice biographique en italien sur Joseph Favre, cuisinier suisse né à Vex en 1849 et mort à Boulogne-sur-Seine en 1903. On trouvera sur le site de sa ville natale une autre biographie, moins centrée sur ses opinions politiques que sur son œuvre culinaire. C’est que Joseph Favre est un nom important dans l’histoire de la cuisine française, de sa théorisation et de sa démocratisation.

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine à Lyon: chronologie des événements

commune_de_lyonÉtant donné la quantité d’approximations, voire de falsifications délibérées dont a fait l’objet le passage de Bakounine à Lyon en septembre 1870, il semble important de revenir rapidement sur la chronologie des faits.

Le contexte est le suivant: depuis le 19 juillet 1870, la France du Second Empire est en guerre contre la Prusse de Bismarck, alliée à un certain nombre d’États allemands qu’elle va bientôt unir sous la férule du 2ème Reich. Très vite, ce conflit tourne à la catastrophe pour les armées impériales, le point d’orgue de cette débandade étant la prise de Sedan le 2 septembre 1870. Lorsque la nouvelle de la capitulation de Napoléon III arrive dans le reste du pays (dans l’après-midi du 3 septembre à Paris), la République est proclamée, d’abord à Lyon, dans la matinée du 4 septembre, puis à Paris.

Lire la suite de cette entrée »

Il y a 140 ans: Bakounine à Lyon

hoteldevilleIl y a 140 ans, avait lieu l’insurrection de la place des Terreaux, dans le cadre de ce que l’on appelle parfois la première Commune de Lyon. Bakounine participa grandement à cette insurrection, au point que toutes sortes de récits relevant plus ou moins du racontar ont été colportés sur cet épisode. Comme je me trouve plus ou moins à Lyon, et que ce blog est hébergé par un éditeur libertaire lyonnais,  il m’a semblé important de marquer le coup. Aussi me proposé-je dans de prochains billets:

1) de voir, dans la rubrique « mauvaise réputation », la manière dont cet épisode a été reconstruit par Marx et Engels dans leur correspondance, au point que leur version, reposant pourtant largement sur un mélange d’exagération, de mépris et de vision fantasmatique du personnage de Bakounine, en est venue à valoir pour la seule autorisée ;

2) de tenter de restaurer la chronologie des événements, en tout cas pour ce qui concerne Bakounine, notamment à partir des travaux de Fernand Rude et de l’équipe d’Arthur Lehning à l’IISG ;

3) de voir ce que Bakounine lui-même a pu raconter au sujet de cet événement dans sa correspondance, mais aussi en amont lorsqu’il considérait que le soulèvement de la ville de Lyon pouvait entrer dans ses plans révolutionnaires.

Dans l’immédiat, je me demande si la prise de l’hôtel de ville et sa redécoration avec une banderole « Bakounine, reviens, les bourgeois sont toujours là! » ne serait pas une bonne idée…

« Dans les griffes de l’ours! »

arton32« Dans les griffes de l’ours! » est le 3ème recueil de textes de Bakounine publié par Étienne Lesourd aux éditions des Nuits rouges. Sous-titré « Lettres de prison et de déportation (1849-1861) », il possède par ailleurs une présentation qu’on peut lire sur Internet.

Cette parution est l’occasion d’évoquer l’ensemble des trois recueils que ce blog a scandaleusement passé sous silence jusqu’ici. Je signale d’ailleurs que nous avons réussi à ne pas nous croiser avec Étienne Lesourd, alors que nous travaillons sur le même auteur, et que nous avons même, pendant trois ans, travaillé dans la même bonne ville de Nancy. De sorte que ce billet est aussi un message envoyé à Étienne Lesourd à travers le cyberespace (comme on dit): ce serait pas mal qu’on se contacte et qu’on se voie, camarade bakouninien!

Lire la suite de cette entrée »

Nicolas Stankevitch vu par Bakounine

stankevichTrente ans après la mort de Nicolas Stankevitch, dont j’ai évoqué la figure dans le précédent billet, Bakounine, dans une note de L’empire knouto-germanique et la révolution sociale (1870-71), lui rend hommage comme à son créateur. C’est à ce texte (qu’on trouve dans le volume VIII des Œuvres complètes chez Champ Libre, p. 275-277) que je souhaiterais consacrer le présent billet, car il regorge d’indications intéressantes.

C’est tout d’abord le contexte dans lequel apparaît le nom de Stankevitch qui me semble devoir être signalé. Il s’agit d’une note de plusieurs pages (comme ce manuscrit en comporte tant…), tissé de réminiscences hégéliennes, que Bakounine ajoute au corps de son texte pour rendre compte d’une thèse qu’il défend, selon laquelle « chaque chose n’est réelle qu’en tant qu’elle se manifeste, qu’elle agit ». C’est d’ailleurs sans doute la coloration hégélienne de cette thèse qui va conduire à la convocation de la figure de Stankevitch. Ce dernier, qui n’a laissé derrière lui aucune œuvre, pourrait alors apparaître comme un contre-exemple : voilà en effet un homme dont chacun s’accorde à reconnaître la richesse intérieure, mais qui n’est pas parvenu à exprimer cette dernière dans une œuvre. Une objection semble venir aussitôt, c’est qu’il y aurait des génies méconnus, qui n’auraient pas manifesté leur richesse intérieure alors que celle-ci est pourtant bien réelle. La réponse de Bakounine est la suivante :

Lire la suite de cette entrée »

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives