Colifichets bakouniniens (6) : une carte postale

bakcarteAprès l’enveloppe, la carte postale…

Celle-ci n’émane pas exactement de ce milieu de petits rigolos qui s’amusent à fabriquer toutes sortes de petits objets à l’effigie de Michel Bakounine, mais s’inscrit dans le cadre d’une commémoration officielle, qui n’est pas celle des 200 ans de l’anarchiste russe, mais celle des 200 ans de relations diplomatiques entre la Russie et la Confédération Helvétique. À cette occasion, ont été éditées en Russie, mais à l’initiative de l’ambassade de Suisse à Moscou, des cartes postales à l’effigie des Russes les plus célèbres qui avaient séjourné en Suisse depuis l’instauration de ces relations. Figure à nouveau sous le dessin une phrase en russe que je ne parviens pas à traduire correctement. Au dos de cette carte, on trouve le logo du musée Bakounine de Priamoukhino, auquel il est ainsi fait de la publicité.

dersyndicalistPlus intéressant, l’image instaure un lien entre Bakounine et la tradition du anarcho-syndicaliste, puisque la révolutionnaire russe porte un drapeau qui porte l’inscription allemande “Der Syndicalist”. Or ce drapeau est manifestement celui du journal qui porta ce nom et parut en Allemagne entre décembre 1918 et son interdiction définitive en 1932, à titre d’organe de la fédération syndicale FAUD (pour Freie Arbeiter-Union Deutschlands - soit union ouvrière libre d’Allemagne), d’orientation anarcho-syndicaliste. Il s’agit donc sans doute pour l’auteur d’établir une continuité entre Bakounine et l’anarcho-syndicalisme - ce qui peut s’autoriser de l’importance effective de la référence bakouninienne pour ce courant. J’aurai sans doute l’occasion d’y revenir, mais l’un des groupes de la FAUD fonda dans les années 1920 une colonie libertaire qui portait le nom de Bakuninhütte (pour celles et ceux qui lisent l’allemand, on en trouve une présentation sommaire sur le wikipedia germanophone).

On notera également la mention, dans la même image, de la ville de Locarno, où Bakounine vécut quelques temps - de sorte que l’étendue d’eau qui figure devant lui, si elle peut servir à représenter une vie marquée par les voyages, parfois forcés, est sans doute une évocation du Lac Majeur.

Une réponse à to “Colifichets bakouniniens (6) : une carte postale”

  • Alex dit :

    Hütte signifie a la fois “cabane” et aussi “haut-fourneau”, car les deux mots se relévent de differents Stammwörter..

Laisser un commentaire

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.