Archive pour septembre 2009

Tournée de propagande pour La liberté des peuples

bakouninecouvertLe livre paru aux éditions de l’ACL, La liberté des peuples - Bakounine et les révolutions de 1848 fera l’objet de deux présentations publiques suivies chacune d’un débat.

- Paris: Le samedi 3 octobre 2009 à la librairie Publico, à partir de 16h30 (la date est annoncée sur leur site). La librairie Publico, c’est 145 rue Amelot, dans le 11ème arrondissement, métro République (lignes 3, 5, 8, 9 et 11) ou Filles du Calvaire (ligne 8 )

- Grenoble: Le mercredi 14 octobre 2009 à 20h à Antigone, café-bibliothèque-librairie situé au 22, rue des Violettes et accessible par la ligne C du Tram, arrêt “Vallier-Catane” ou “Docteur Calmette”. Plus de renseignements sur le site internet d’Antigone

Un petit texte de présentation pour ces deux débats:

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine, modèle de Roudine?

tourgEn 1855, alors que Bakounine, à l’occasion de la guerre de Crimée, vient d’être déplacé de la forteresse Pierre-et-Paul vers celle de Schlüsselburg, Ivan Tourgueniev, qui fut son ami de jeunesse, publie Dimitri Roudine. Ce roman raconte l’histoire de Dimitri Roudine, jeune intellectuel russe, pétri de philosophie allemande, exerçant sur son entourage une influence considérable, et cherchant à jouer un rôle politique, mais qui en vient à échouer par méconnaissance de la réalité de son propre pays et de la nature humaine. La mort de Roudine est le symbole même de cet échec, puisque Roudine meurt sur les barricades à Paris en 1848. Auparavant, Roudine aura séduit Natalia, fille d’une aristocrate retirée à la campagne, éveillant en elle des sentiments auxquels il est incapable de répondre. Quant à son engagement français, il ne sera pas le fruit d’une conviction passionnée, mais d’une résignation.

Bakounine est censé avoir inspiré ce personnage. Qu’en est-il exactement?

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine et Machiavel

santi_di_tito_-_niccolo_machiavellis_portrait_headcrop1Machiavel et Bakounine partagent dans l’histoire des idées le triste sort d’être souvent mentionnés, parfois passionnément haïs mais à peu près jamais lus: lorsque Bakounine est accusé d’être le théoricien du terrorisme, l’apôtre du déchaînement de la violence, Machiavel se trouve traité en théoricien de la raison d’État, en auteur pour qui “la fin justifie les moyens”.

Que se passe-t-il dès lors quand Bakounine parle de Machiavel? Cela signifierait-il qu’il l’a lu? Répète-t-il ce que d’autres ont raconté? Quelques éléments de réponse tirés d’un passage en revue des mentions de Machiavel dans les écrits et la correspondance de Bakounine.

Lire la suite de cette entrée »

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.