Archive pour septembre 2010

Bakounine à Lyon: chronologie des événements

commune_de_lyonÉtant donné la quantité d’approximations, voire de falsifications délibérées dont a fait l’objet le passage de Bakounine à Lyon en septembre 1870, il semble important de revenir rapidement sur la chronologie des faits.

Le contexte est le suivant: depuis le 19 juillet 1870, la France du Second Empire est en guerre contre la Prusse de Bismarck, alliée à un certain nombre d’États allemands qu’elle va bientôt unir sous la férule du 2ème Reich. Très vite, ce conflit tourne à la catastrophe pour les armées impériales, le point d’orgue de cette débandade étant la prise de Sedan le 2 septembre 1870. Lorsque la nouvelle de la capitulation de Napoléon III arrive dans le reste du pays (dans l’après-midi du 3 septembre à Paris), la République est proclamée, d’abord à Lyon, dans la matinée du 4 septembre, puis à Paris.

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine à Lyon selon Marx et Engels

marx-engelsRaconté par Marx et Engels, le passage de Bakounine à Lyon donne la chose suivante:

“Le mouvement révolutionnaire de Lyon venait d’éclater. Bakounine d’accourir rejoindre son lieutenant Albert Richard et ses sergents Bastelica et Gaspard Blanc. Le 28 septembre, jour de son arrivée, le peuple s’était emparé de l’hôtel de ville. Bakounine s’y installa : alors arriva le moment critique, le moment attendu depuis bien des années, où Bakounine put accomplir l’acte le plus révolutionnaire que le monde ait jamais vu : il décréta l’abolition de l’État. Mais l’État, sous la forme et l’espèce de deux compagnies de gardes nationaux bourgeois, entra par une porte qu’on avait oublié de garder, balaya la salle, et fit reprendre à la hâte le chemin de Genève à Bakounine.”

Lire la suite de cette entrée »

Il y a 140 ans: Bakounine à Lyon

hoteldevilleIl y a 140 ans, avait lieu l’insurrection de la place des Terreaux, dans le cadre de ce que l’on appelle parfois la première Commune de Lyon. Bakounine participa grandement à cette insurrection, au point que toutes sortes de récits relevant plus ou moins du racontar ont été colportés sur cet épisode. Comme je me trouve plus ou moins à Lyon, et que ce blog est hébergé par un éditeur libertaire lyonnais,  il m’a semblé important de marquer le coup. Aussi me proposé-je dans de prochains billets:

1) de voir, dans la rubrique “mauvaise réputation”, la manière dont cet épisode a été reconstruit par Marx et Engels dans leur correspondance, au point que leur version, reposant pourtant largement sur un mélange d’exagération, de mépris et de vision fantasmatique du personnage de Bakounine, en est venue à valoir pour la seule autorisée ;

2) de tenter de restaurer la chronologie des événements, en tout cas pour ce qui concerne Bakounine, notamment à partir des travaux de Fernand Rude et de l’équipe d’Arthur Lehning à l’IISG ;

3) de voir ce que Bakounine lui-même a pu raconter au sujet de cet événement dans sa correspondance, mais aussi en amont lorsqu’il considérait que le soulèvement de la ville de Lyon pouvait entrer dans ses plans révolutionnaires.

Dans l’immédiat, je me demande si la prise de l’hôtel de ville et sa redécoration avec une banderole “Bakounine, reviens, les bourgeois sont toujours là!” ne serait pas une bonne idée…

Ecouter du Bakounine en mp3

audiobook-blog-771246Au mois d’août, durant la période d’estivation de ce blog, Jean-Marc m’a signalé que le site litteratureaudio.com mettait à disposition du public deux “livres” de Bakounine en format audio.

Le premier n’est pas vraiment un livre: il s’agit d’une partie des articles que Bakounine a consacrés à la question du patriotisme en 1869 dans le journal Le progrès du Locle, et il est intitulé “Le patriotisme physiologique ou naturel“. J’avais évoqué ces articles en cherchant à décoder un passage énigmatique dans un film de Sergio Leone. J’en déduis que le James Coburn du XXIe siècle ne lira pas d’ouvrage de Bakounine sur le patriotisme, mais qu’il en écoutera avec son casque à moumoute.

Le second fichier proposé à l’écoute n’est pas davantage un livre de Bakounine: il s’agit de Dieu et l’État, texte reconstitué par Carlo Cafiero et Élisée Reclus sur la base de manuscrits inédits qui auraient dû figurer dans la 2ème partie de L’empire knouto-germanique et la révolution sociale. L’ironie du sort a voulu qu’il s’agisse là de l’ouvrage paru sous la signature de Bakounine qui a connu le plus de diffusion et de succès.

Quoi qu’il en soit, merci à Gérard Ferran d’avoir prêté sa voix au géant barbu, et bonne écoute!

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.