Archive pour novembre 2011

Aileen Kelly : une psychologue au chevet de Bakounine

kelly_bakuninJe ne reviendrai pas sur ma propension quasi pathologique, évoquée au début du billet précédent, à collectionner les livres, même les plus faibles, consacrés à Bakounine - ni sur la question de savoir si je les acquiers pour pouvoir en parler ici, ou si j’en parle ici pour me donner a posteriori une bonne raison de les avoir acquis.

Quoi qu’il en soit, j’ai acheté d’occasion sur Internet le livre d’Aileen Kelly, Mikhail Bakunin. A Study in the Psychology and Politics of Utopianism, New Haven & London, Yale University Press, 1982 (c’est en fait la seconde édition, celle de 1987, que j’ai trouvée, et l’expédition de ce livre depuis les États-Unis m’a coûté  5 fois plus cher que le prix du livre - qui était de 2$ - ce qui fait de surcroît de l’achat de cet objet une aberration écologique), et je l’ai acheté bien que j’aie été considérablement prévenu contre lui, notamment par la lecture de l’ouvrage de Paul McLaughlin, Mikhail Bakunin. The Philosophical Basis of His Anarchism, qui le descend littéralement en flammes. Il me semble toutefois, je vais y revenir, que ce n’est pas toujours pour de bonnes raisons, ou plus exactement que l’on peut accorder certaines thèses ponctuelles à cet ouvrage sans pour autant valider sa thèse d’ensemble. Je m’accorde en revanche avec P. McLaughlin pour considérer que cet ouvrage est un bon représentant d’une lecture libérale de Bakounine - de même, si l’on veut, que le livre de Duclos constitue un bon exemple de lecture stalinienne.

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine à l’ombre de Jacques Duclos

bakounine_duclosUne recherche de plusieurs années sur un même auteur (ou sur quelque sujet que ce soit, sans doute)  entraîne nécessairement chez celui ou celle qui s’y adonne, un certain nombre de dommages psychologiques collatéraux, qui vont de la monomanie à la perversion pure et simple. Par exemple, lorsqu’on travaille depuis plus de dix ans sur la pensée et l’action de Michel Bakounine, on se rend compte un beau jour que l’on s’est mis à collectionner tout ce qui se rapporte à ce personnage, depuis les enveloppes à son effigie jusqu’à des bustes fantaisistes, en passant par des livres douteux, voire fort mauvais. C’est une perversion de ce type qui m’a poussé à faire l’acquisition de l’ouvrage de Jacques Duclos intitulé, avec un sens de la nuance que l’on ne manquera pas de goûter, Bakounine et Marx. Ombre et lumière (Plon, 1974), titre que la couverture illustre d’une manière redondante pour les mal-comprenants.

Lire la suite de cette entrée »

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.