Archive pour avril 2013

Réédition prochaine de la Confession de Bakounine

conf_page1Autour du 15 mai prochain, l’excellente maison d’édition “Le passager clandestin” rééditera le texte de la Confession de Bakounine. J’ai rédigé la présentation et les notes de cette réédition, basée sur la traduction publiée en 1932 et réalisée par Paulette Brupbacher. C’est cette même traduction qui avait été rééditée en 1974 aux Presses Universitaires de France et que l’on trouve sur le CD-Rom des Œuvres complètes de Bakounine. Comme je l’ai déjà signalé sur ce blog à l’occasion d’un article sur cet ouvrage, une autre traduction existe en annexe du livre de Duclos. Bakounine avait rédigé ce texte au cours de l’été 1851, alors qu’il venait d’être livré à la Russie par l’empire d’Autriche (qui le détenait lui-même après qu’il lui eut été livré par le royaume de Saxe, puisque Bakounine avait été arrêté dans ce pays pour sa participation à l’insurrection de Dresde en mai 1849).

La collection “rééditions” dans laquelle sera publiée cette nouvelle édition de la Confession a pour particularité de faire précéder le texte d’une présentation par un spécialiste, et de le faire suivre d’un document contemporain qui suggère une actualité du texte réédité. Je vous laisse découvrir, en temps voulu, les parallèles qu’il a été possible de faire entre ce que raconte Bakounine dans ce texte et notre époque.

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine et les ovalistes lyonnaises: une question de René Berthier à la cantonade

ovalis-370e3J’ai reçu le message ci-dessous de René Berthier qui me demande de le faire passer via ce blog. Il est question de la manière dont Bakounine a pu être désigné comme représentant des ouvrières ovalistes lyonnaise au congrès de Bâle de l’Internationale en 1869. Si vous avez des éléments de réponse à fournir à René, n’hésitez pas à les laisser en commentaire de ce billet. Pour ma part, j’incline à penser (préalablement à toute recherche sur la question) que ce sont les amis de Bakounine à Lyon qui l’ont fait désigner comme représentant de ces ouvrières. C’est notamment la personnalité d’Albert Richard qui me fait songer à cela (mais mon appréciation de cette personnalité est orientée par ce que je sais de son parcours ultérieur, peu glorieux). En effet, Albert Richard ne répugnait pas aux manœuvres qui sont habituellement le lot des parlements et des organisations politiques qui aspirent à y figurer. Ci-contre, la couverture de l’ouvrage que Claire Auzias et Annik Houel ont consacré à la grève des ovalistes de 1869 (Payot, 1982).

Lire la suite de cette entrée »

Conférence internationale à Priamoukhino pour le bicentenaire de Michel Bakounine

photo-3w

Certains des amis russes (dont Misha Tsovma) qui s’occupent de l’ancien domaine de la famille Bakounine à Priamoukhino m’ont transmis cet appel à contribution pour un colloque international qui se tiendra sur place les 12 et 13 juillet 2014 à l’occasion du bicentenaire de la naissance du révolutionnaire russe.

Voici l’appel en question.

La photo qui est illustre ce billet a été prise par Sarah Gruszka à Priamoukhino en 2011. On trouvera ici l’article dont elle est tirée.

Lire la suite de cette entrée »

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.