Rues Bakounine, de Tomsk à Morlaix

ruebakouninetomskIl n’y en a pas une sur cent, et pourtant elles existent, les rues Bakounine. Elles sont moins nombreuses que les rues Proudhon ou Kropotkine. Il y en a notamment deux en Ukraine (à Dniepropetrovsk et à Yalta, en Crimée – où il s’agit d’un passage) et deux en Russie, à Tver, grande ville la plus proche de Priamoukhino, le village d’origine de la famille Bakounine, et à Tomsk. La plus belle me semble être cette dernière. Le fait de trouver dans cette ville de Sibérie occidentale une rue Bakounine n’a rien d’un hasard, puisque Bakounine y fut déporté après sa sortie de prison en 1857 – avant de partir pour la Sibérie orientale.

Ce qui est plus surprenant en revanche, c’est que la rue a reçu ce nom en 1927, au moment donc où au sommet de la hiérarchie dite soviétique, on a déjà bien entamé l’élimination de l’opposition de gauche et Trotski, bien longtemps après avoir entrepris celle des anarchistes. Mais ce n’est peut-être pas si étonnant si l’on songe à la manière dont ce régime a tenté de récupérer toutes les grandes figures révolutionnaires russes – du moins celles qu’il n’avait pas eu à combattre… On trouvera à cette adresse de nombreuses photos de la rue Bakounine de Tomsk.

En poursuivant ma recherche des rues qui portent le nom de Bakounine, j’ai découvert qu’il n’y en avait pas qu’en Russie. On trouve en effet une rue Michel Bakounine (ou Mikhaïl Bakounine) à Morlaix, dans le Finistère, à la frontière du Trégor et du Léon. Si quelqu’un a des photos à envoyer de cet endroit (où se trouve, semble-t-il, curieuse ironie, le Secours catholique local), je suis preneur – ainsi que d’explications sur la date à laquelle cette rue a reçu ce nom, et pour quelles raisons. A ma connaissance, c’est la seule et unique en France: si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à me contacter en laissant un commentaire à ce billet.

5 réponses à to “Rues Bakounine, de Tomsk à Morlaix”

  • There is also a street named after Bakunin in Moscow – Bakuninskaya

    In Tomsk there was a wooden house in which Bakunin lived, but it was burned down by its inhabitants in order to get a new, more modern and comfortable flat in the Soviet years

  • and there are also numerous streets named Bakuninskaya (1st, 2nd, 3rd…) in Torzhok, a small town near Pryamukhino
    it’s not clear whether they were named after Mikhail, most likely they were named after Bakunin family, as Bakunin’s father and brothers were prominent public figures in the region

  • Marianne says:

    Il y a une quinzaine d’années, j’ai reçu un coup de fil au CIRA d’un Michel Bakounine – auquel j’ai répondu que moi, j’étais Louise Michel. Non, non, a-t-il insisté, je m’appelle Michel Bakounine. C’était à propos de l’exposition sur la famille Bakounine qu’il voulait faire circuler. Il me semble qu’il appelait de La Rochelle ou de quelque part dans les Charentes, mais peut-être était-il du Finistère?

  • En réponse à Marianne: il semble que la rue Bakounine de Morlaix fasse référence au « vrai » Michel Bakounine, et cela pour au moins deux raisons. 1) Il y a une rue Blanqui juste à côté, donc en gros, c’est le coin où ils ont casé les vieux révolutionnaires (entre nous soit dit, ça ressemble fort à une zone commerciale, mais je vais tenter d’aller voir ça un de ces jours) ; 2) selon les sources, le prénom de Bakounine est indiqué comme étant « Mikhail » ou « Michel ».

    Plus généralement, je me demande si ce type de dénomination ne découle pas du souci d’un certain nombre de mairies socialistes de trouver des noms de révolutionnaires antérieurs ou parallèles au marxisme (cf. les rues Proudhon, par exemple).

  • Marianne says:

    Tu as probablement raison pour le maire socialiste. Mais Blanqui a quand même été enfermé par là, au cours de son tourisme carcéral.
    Je trouve une Bakuninstrasse à Kaliningrad/Königsberg, une rue B. à Minsk, une référence à une strada Bakunin dans une revue roumaine, une Calle Bakunin aux Canaries, 35110 Santa Lucía de Tirajana, deux Via Bakunin dans les Pouilles… A Pétersbourg, « Bakunin avenue is a quiet and serene area… It is interesting to know that Bakunin, after whom the avenue is named, was a hard-line anarchist, who despised the idea of the empire. » De quoi faire quelques excursions!

Laisser un commentaire

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives