Articles avec le tag ‘confession’

La Confession de Bakounine au Passager Clandestin

confcouvLe printemps et l’été ayant été bien chargés, je me suis rendu compte, lorsque l’automne fut venu, que je n’avais fait qu’annoncer la parution de la réédition de la Confession, et que je ne l’avais pas désannoncée, comme on dit à la radio. Mea maxima culpa (puisqu’il faut se confesser), mais mieux vaut tard que jamais.

Depuis le mois de mai 2013, il est donc possible de se procurer, dans toute bonne librairie (par exemple, à Lyon, à La Gryffe ou au Bal des ardents si vous l’achetez, et ailleurs si vous la volez), cette nouvelle édition de la Confession de Bakounine. Pourquoi préférer cette acquisition à l’un des 555 livres qui marquent la rentrée littéraire en France? Tout simplement pour les raisons suivantes: Lire la suite de cette entrée »

Réédition prochaine de la Confession de Bakounine

conf_page1Autour du 15 mai prochain, l’excellente maison d’édition « Le passager clandestin » rééditera le texte de la Confession de Bakounine. J’ai rédigé la présentation et les notes de cette réédition, basée sur la traduction publiée en 1932 et réalisée par Paulette Brupbacher. C’est cette même traduction qui avait été rééditée en 1974 aux Presses Universitaires de France et que l’on trouve sur le CD-Rom des Œuvres complètes de Bakounine. Comme je l’ai déjà signalé sur ce blog à l’occasion d’un article sur cet ouvrage, une autre traduction existe en annexe du livre de Duclos. Bakounine avait rédigé ce texte au cours de l’été 1851, alors qu’il venait d’être livré à la Russie par l’empire d’Autriche (qui le détenait lui-même après qu’il lui eut été livré par le royaume de Saxe, puisque Bakounine avait été arrêté dans ce pays pour sa participation à l’insurrection de Dresde en mai 1849).

La collection « rééditions » dans laquelle sera publiée cette nouvelle édition de la Confession a pour particularité de faire précéder le texte d’une présentation par un spécialiste, et de le faire suivre d’un document contemporain qui suggère une actualité du texte réédité. Je vous laisse découvrir, en temps voulu, les parallèles qu’il a été possible de faire entre ce que raconte Bakounine dans ce texte et notre époque.

Lire la suite de cette entrée »

Bakounine à l’ombre de Jacques Duclos

bakounine_duclosUne recherche de plusieurs années sur un même auteur (ou sur quelque sujet que ce soit, sans doute)  entraîne nécessairement chez celui ou celle qui s’y adonne, un certain nombre de dommages psychologiques collatéraux, qui vont de la monomanie à la perversion pure et simple. Par exemple, lorsqu’on travaille depuis plus de dix ans sur la pensée et l’action de Michel Bakounine, on se rend compte un beau jour que l’on s’est mis à collectionner tout ce qui se rapporte à ce personnage, depuis les enveloppes à son effigie jusqu’à des bustes fantaisistes, en passant par des livres douteux, voire fort mauvais. C’est une perversion de ce type qui m’a poussé à faire l’acquisition de l’ouvrage de Jacques Duclos intitulé, avec un sens de la nuance que l’on ne manquera pas de goûter, Bakounine et Marx. Ombre et lumière (Plon, 1974), titre que la couverture illustre d’une manière redondante pour les mal-comprenants.

Lire la suite de cette entrée »

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives