Articles avec le tag ‘jeune hégélianisme’

Lire en ligne « Bakounine jeune hégélien »

bakounine-jeune-hegelienJe ne m’intéresse pas toujours assez au devenir de mes œuvres impérissables. C’est en effet un peu par hasard que j’ai appris que mon livre, qui commence d’ailleurs à dater, Bakounine jeune hégélien. La philosophie et son dehors (Lyon, ENS Éditions, 2007), qui contient l’essentiel de la contribution de Bakounine au courant jeune hégélien, ainsi qu’un long commentaire de ces textes, est désormais lisible en ligne, à cette adresse.

J’en profite pour signaler que l’essentiel du contenu de ce livre a été élaboré vers 2000-2001, et qu’aujourd’hui, je n’écrirais sans doute pas la même chose. D’abord parce que j’aurais davantage de choses à discuter, par exemple avec l’ouvrage de Paul McLaughlin déjà mentionné sur ce blog. Ensuite et surtout parce qu’après dix années de travaux sur le jeune hégélianisme, ma connaissance de ce courant est autrement plus documentée que ce qu’elle était à l’époque. Bref, il faudrait réécrire tout cela, et pour cela avoir le temps…

Bakounine et la philosophie

bakounine1

Dans cette rubrique du blog, je souhaiterais m’intéresser aux rapports que Bakounine a entretenus avec la philosophie, non seulement parce que j’ai moi-même une formation de philosophe, mais aussi parce que le rapport de Bakounine à la philosophie fait partie des éléments qui sont le plus constamment minorés par les commentateurs. Je reviendrai d’ailleurs dans un prochain billet sur la mauvaise réputation de Bakounine comme théoricien.

Alors, Bakounine philosophe? Non, et lui-même a très vite cessé de nourrir la moindre ambition sur ce terrain. Mais dire cela, ce n’est pas encore régler la question de ses rapports à la philosophie. Dans les prochains billets de cette rubrique, je reviendrai sur les différents aspects de la question, à savoir: que Bakounine a reçu une formation philosophique, qu’il a rompu avec la philosophie, qu’il s’en est tenu éloigné pendant plus de 20 ans, puis qu’il a décidé de combattre aussi sur ce terrain dans la dernière période de son œuvre. Lire la suite de cette entrée »

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives