7 octobre 1980 – Manif suite à l’attentat de la rue Copernic

Suite à l’attentat de la rue Copernic, à Paris, des manifestations ont lieu dans toute la France. A Lyon, le Collectif libertaire avait défilé derrière une banderole « Contre tous les fascismes, l’action directe », ce qui ne manqua pas d’attirer nos amis de la police qui pensa avoir à faire au groupe lyonnais d’Action directe manifestant contre tous les fascismes. En fin de manifestation, Alain Thévenet, directeur de la publication de la revue IRL,  fut arrêté par la police avec deux autres personnes.
On reproche au Collectif libertaire la distribution d’un tract « les nazis… et les autres ». Dans ce tract, on pouvait lire, entre autres :  « 

Le nazisme ce n’est pas seulement la bande de poseurs de bombes qui frappe rue Copernic et ailleurs, ni ceux qui se réclament ouvertement de son idéologie. C’est aussi tout un réseau d’organisation, de structure, de lieux de réunion, de moyens mis à leur disposition…

Et de citer l’UNI, le PFN, le cercle Charles Péguy, ainsi que les noms de Francisque Collomb (maire de Lyon), de Jacques Goudet (président de la tristement célèbre université Lyon III, repère de fascistes notoires) et d’autres encore.

Post to Twitter

Joël Fieux

Joël Fieux avait vécu et milité quelques années à Lyon, avant de s’embarquer pour le Nicaragua, en 1980 et se mettre au service de la révolution sandiniste, en utilisant pour la communauté ses connaissances dans l’imprimerie et dans la radio.

Entre 1980 et 1986, il envoya régulièrement de longues lettres à ses amis, en France, et  à la revue IRL qui les publia.

Le 28 juillet 1986, il sera tué dans une embuscade avec la contra.

1983-Joël Fieux

(Vous pouvez retrouver Joël dans le livre publié par l’Atelier de création libertaire : Joël Fieux : Paroles et écrits)

Post to Twitter

Avril 1984 – Inauguration (mouvementée) de la statue en hommage à la révolte des Canuts

Le samedi 21 avril 1984, à 11 heures du matin, la mairie du 4e arrondissement de Lyon organisait l’inauguration d’un monument en hommage à la révolte des canuts, 150 ans plus tôt.

Les libertaires lyonnais étaient bien entendu présents, ne voulant pas laisser la municipalité de droite, les arrières-petits-enfants de ceux qui écrasèrent dans le sang la révolte des canuts, inaugurer tout tranquillement cette statue. Mais les libertaires de 1984, les arrières-petits-enfants des canuts, n’utilisèrent que des jets de farine contre les premiers.

1984-04-21-inauguration-du-monument-des-canuts

Post to Twitter

Deuxièmes journées libertaires à Lyon – 18 et 19 mai 1985

Les chiffres brutes sont quelquefois ce que retiennent les historiens. Alors allons-y :

  • 800 entrées payantes (combien de non payantes ? les sources ne le disent pas)
  • les entrées on rapporté 25 970 francs (22 880 en liquide et 4 090 en chèque)
  • la buvette 16 098 francs
  • au total 43 068 francs (plus de 6 500 euros)
  • un bon article dans le Progrès
  • quelques minutes d’antenne sur FR3 Lyon, en deuxième position (là aussi l’histoire ne dit pas quel reportage plus important ouvrait l’antenne ce jour)

En dehors de ces données brutes, vous n’imaginez pas la dose d’optimisme que tout cela a pu donner aux gens présents lors de ces rencontres. D’ailleurs, nous n’avons plus jamais osé reproduire ce genre d’évènements à Lyon.

(Photos Mimmo Pucciarelli)

Post to Twitter

Fontaura

Vicente Galindo, dit Fontaura, était un des vieux militants de la CNT que l’on voyait régulièrement dans les débats à la Gryffe. Pendant la guerre d’Espagne, il avait été journaliste. Sa passion de l’écrit se voit au travers de sa bibliothèque. Mimmo Pucciarelli l’avait interviewé, en 1986, pour la revue IRL.

1986-interview de Fontaura pour IRL

(Photo Mimmo Pucciarelli)

Post to Twitter

Premières journées libertaires à Lyon – 7 et 8 juin 1981

Les premières journées libertaires de Lyon, qui ont vu au moins 600 personnes passer pendant ces deux jours (526 entrées payantes) ont été précédées d’une forte campagne d’affichage. Il faut dire que nous avions à notre côté le « Decaux de l’anarchisme » en la personne de Papy. Les gens qui arrivaient place des Terreaux avaient sous leurs yeux cette immense bandeau. Le même genre de bandeau avait été collé sur le périphérique et à l’entrée sud de Fourvière. Et tout Lyon était recouvert d’affiches.

D’autres journées eurent lieu en 1985, avec encore plus de participants… mais nous en parlerons plus tard !

(Photos Mimmo Pucciarelli)

Post to Twitter

Sortie IRL numéro 31

Fin janvier 1981 sortait le numéro 31 de la revue IRL (Informations et réflexions libertaires). A chaque nouvelle parution, il fallait encarter le journal, préparer les abonnements et les envois groupés. Quelqu’un en a profité pour photographier tout ce petit monde…

(Photos Mimmo Pucciarelli)

Post to Twitter