Archive pour avril 2009

Assemblée générale de la revue IRL, le 24 septembre 1978

IRL, dont nous vous parlerons souvent, était une revue publiée à Lyon, entre 1973 et 1991. Une assemblée générale avait lieu, tous les ans au début, un peu moins souvent ensuite quand une rédaction plus régulière s’est formée. C’est à l’issue d’une de ces assemblées générales, et pour la sortie du numéro de rentrée, que nous nous sommes tous retrouvés devant le local historique du 13 rue Pierre Blanc pour simuler une interminable queue d’acheteurs de la revue.

AG IRL 24-sept-1978

Post to Twitter

1982 - Action en soutien à Solidarnosc

Le 4 février 1982, des anarchistes lyonnais et des antimilitaristes intervenaient en plein milieu du championnat d’Europe qui se déroulait à la patinoire de Lyon, devant les télés de toute l’Europe, pour soutenir les militants emprisonnés en Pologne.

De courageux pandores essayèrent laborieusement de les faire sortir… pas si évident de se déplacer sur de la glace.

Action de soutien à Solidarnoscdurant le championnat d'Europe de patinage - 04-02-1982

Post to Twitter

Premier mai 2006 et le cortège noir & rouge

Mai 2006 a aussi été l’occasion d’un important cortège noir et rouge, avec un parcours prolongé par rapport à celui de la manifestation traditionnelle.

Post to Twitter

Les cagoules

Les cagoules vont bientôt être interdites dans les manifestions. Cela faisait pourtant depuis déjà longtemps que les libertaires lyonnais (en l’occurrence ici lyonnaises) les portaient en manifestation. Pas de date pour cette photographie que l’on peut situer au début des années quatre-vingt dix. Cette photo date du 23 mai 1987 et a été prise lors du Charivari des libertés, où les libertaires étaient massivement présents.

Des cagoules (sans date)

(Photo Mimmo Pucciarelli)

Post to Twitter

Zizette Marsella

zizetteMarie-Louise Massoubre nous avait quitté, en 1988. Voici l’hommage qui avait été publié à cette époque dans la revue IRL.

Les phrases d’usage sonnent faux. Il serait faux de dire qu’elle était de toutes les luttes. Ceci pourrait laisser croire, en effet, qu’il s’agissait pour elle d’un devoir.
Ce n’est pas par devoir qu’elle était partout où il y avait des risques à prendre pour lutter contre l’injustice, partout où il y avait un copain à aider. C’est parce qu’elle en ressentait la nécessité intérieure. C’est pour cela qu’on la voyait aussi, jusqu’à ces derniers temps, chaque mercredi au Centre de documentation libertaire, tenter de conserver la mémoire du mouvement libertaire, cette mémoire dont elle fait désormais partie.
Il faut parler aussi de la chaleur de son accueil, de sa tolérance, de son ouverture d’esprit et de sa jeunesse.
Mais les mots sont bien banals pour rendre compte de tout ceci. Sa lutte contre la mort, acharnée, ressemble à toutes celles qu’elle a menées contre toutes les injustices, ici contre l’injustice suprême, le scandale intolérable, celui de la mort.
Je ne peux pas lui dire au-revoir. Je sais que d’elle, désormais, il ne reste rien, hormis le souvenir que nous en gardons, et celui de ce qu’elle a réalisé, des actions auxquelles elle a participé. Il n’y a pas d’au delà dans lequel nous pourrions nous retrouver.
La mort est évidemment le scandale intolérable, celui contre lequel la révolte est vouée à l’échec. Chaque instant de notre vie, à peine ébauché, est voué à disparaitre. Raison de plus pour faire en sorte qu’il soit unique et inoubliable. C’est pour ce qu’elle a vécu que nous n’oublierons pas Zizette. De ce que la mort, la vraie est inévitable, il découle que nous pouvons seulement tout faire pour éviter qu’elle ne s’infiltre pas dés à présent dans notre vie pour la modeler. Et la mort, c’est le conformisme, l’indifférence, l’uniforme, l’État, le poids des idées reçues et des habitudes, tout ce qui s’oppose à l’expression la plus libre possible de nos désirs et de notre vie.
C’est pour cette vie que Zizette a lutté.

(Photos Mimmo Pucciarelli)

Post to Twitter

Manifestation contre le G7, en juin 1996

Une immense manifestation se déroula lors du G7 à Lyon, rassemblant un fort cortège noir et rouge, avec la présence de fortes délégations espagnole et italienne. La CNT était aussi très fortement représentée, ainsi que toute la famille anarchiste élargie.

(Photos Mimmo Pucciarelli)

Post to Twitter

Premier mai 2008 à Lyon - Le cortège noir & rouge

Depuis quelques années déjà, le cortège noir & rouge lyonnais est, après celui de la CGT, le plus important en nombre. En 2008 encore cela n’a pas failli. Un film pris avec un appareil photo numérique, de basse qualité, mais qui montre l’importance, la vitalité, la jeunesse et la diversité de ce cortège.

Post to Twitter

Histoire en images des libertaires lyonnais

D’aucuns disent que l’anarchie est née à Lyon… nous n’irons pas jusque-là, mais les historiens savent que la ville de Lyon a joué un rôle important au sein des mouvements libertaires en France. Nous voudrions, par le biais de ce blog, proposer des images (de documents, de personnes, de manifestation, etc.) afin d’illustrer cette histoire, mais aussi créer des liens entre les militant-e-s, chercheurs et toutes personnes voulant connaître de près un courant politique qui ne semble pas avoir dit son dernier mot.
Nos premiers pas dans cette mise en image d’une mémoire libertaire, ne va pas se faire en ordre chronologique, mais au gré des documents que nous recueillerons, et sachant que depuis plus de trente ans nous sommes actifs au sein du mouvement,  ici à Lyon, et avons pris du plaisir à utiliser des appareils photographiques pour garder des traces… et avec au moins autant de plaisir nous commençerons ce premier mai 2009 à vous les faire partager !!!

Post to Twitter


D'aucuns disent que l'anarchie est née à Lyon... nous n'irons pas jusque-là, mais les historiens savent que la ville de Lyon a joué un rôle important au sein des mouvements libertaires en France. Nous voudrions, par le biais de ce blog, proposer des images (de documents, de personnes, de manifestation, etc.) afin d'illustrer cette histoire, mais aussi créer des liens entre les militant-e-s, chercheurs et toutes personnes voulant connaître de près un courant politique qui ne semble pas avoir dit son dernier mot.
Nos premiers pas dans cette mise en image d'une mémoire libertaire, ne va pas se faire en ordre chronologique, mais au gré des documents que nous recueillerons, et sachant que depuis plus de trente ans nous sommes actifs au sein du mouvement, ici à Lyon, et avons pris du plaisir à utiliser des appareils photographiques pour garder des traces...