Le fils de Bakounine

le-fils-de-bakounineJe vais tout de suite vous décevoir, le roman de Sergio Atzeni (1952-1995) intitulé Le fils de Bakounine (publié en 1991 et traduit en 2000 aux éditions La fosse aux ours) ne porte pas sur Bakounine, ni d’ailleurs sur son fils. Le « Bakounine » dont il est question dans le roman, c’est Antoni Saba, cordonnier de son état, qui vit dans un petit village de mineurs en Sardaigne, Guspini. Le surnom de Bakounine lui a été donné parce qu’un soir de beuverie, il a proclamé haut et fort qu’il allait inviter Mikhail Alexandrovitch dans le village pour qu’ensemble ils aillent mettre le feu à l’église. L’anecdote est intéressante, parce qu’elle permet de prendre la mesure de l’importance qu’a pu avoir, à la fin du XIXe siècle, la figure de Bakounine en Italie. Les trois années entières (1864-1867) que passa le révolutionnaire russe dans ce pays ont en effet laissé des traces durables, et les sections italiennes de l’Internationale ont compté parmi celles qui ont le plus soutenu Bakounine au moment de son exclusion de l’AIT.

De fait, ce n’est pas de « Bakounine » qu’il est question dans le roman, mais de son fils, Tullio Saba, mineur et militant communiste, et l’intrigue du roman se déroule pendant les années du fascisme et au cours de l’immédiat après-guerre. Encore n’en est-il question qu’au travers des ceux qui ont croisé la route de Tullio, et qui défilent sous nos yeux, en même temps que les villages sardes. Pourquoi dès lors avoir choisi d’appeler ce livre Le fils de Bakounine ? Peut-être précisément parce que Tullio Saba appartient à une génération du mouvement ouvrier révolutionnaire italien qui succède à celle des fondateurs, disciples de Bakounine pour la plupart. Cette génération est contemporaine de Staline, de Mussolini et de la guerre d’Espagne. Elle est contemporaine de la défaite du plus important mouvement anarchiste européen sous les coups conjugués des fascismes rouge et bruns (pour reprendre l’expression d’Orwell dans Hommage à la Catalogne). Autant dire que les fils de Bakounine n’ont plus rien de bakouninien.

Un film, Il Figlio di Bakunin, a été tiré du roman en 1997 par Gianfranco Sabiddu, mais je ne l’ai pas vu et il ne semble pas facile à trouver. En voici toutefois quelques extraits, non sous-titrés.

Il reste évidemment une question que vous vous posez peut-être: qu’en est-il des enfants de Bakounine – des vrais enfants du vrai Bakounine? Il n’est pas impossible que Sergio Atzeni ait glissé quelque ironie dans le titre de son ouvrage. Car en effet, si Bakounine et sa femme Antonia ont élevé des enfants, ce n’étaient pas ceux de Mikhail Alexandrovitch, mais ceux qu’Antonia avaient avec Carlo Gambuzzi, avocat napolitain et militant mazzinien détourné du droit chemin de la cause nationaliste par Bakounine. Cela explique pourquoi les enfants de Bakounine, tout en portant son nom, avaient tous des prénoms italiens. Après la mort de ce dernier, sa veuve se mariera d’ailleurs avec Gambuzzi.

Toute cette affaire est expliquée assez longuement, et avec la plus grande simplicité, par Bakounine lui-même dans une longue lettre à son ami Nicolas Ogarev datée de 1869, à laquelle je ne peux que renvoyer celles et ceux que cela intéresserait.

4 réponses à to “Le fils de Bakounine”

  • joris freddy says:

    Bonjour. La lettre de Bakounine en question ci-dessus figure-t-elle dans le recueil de correspondance de Bakounine avec Ogarev et Herzen ? Si non, où peut-on la trouver ? Comment, d’ailleurs, est-il possible de trouver l’ensemble de la correspondance de Bakounine ?

    Un grand merci et bravo pour ce blog.

    Freddy Joris, historien (du mouvement ouvrier e.a.) à Verviers.

  • Je viens de vérifier (puisque la version française est en ligne sur archive.org) et en effet, la lettre en question, datée du 16 décembre 1869, n’est pas présente dans la traduction française (1896) de ce volume publié par Dragomanov. Pour ma part, je la lis sur le CD-Roim des Œuvres complètes publié par l’IISG d’Amsterdam. Or dans le CD-ROM, la référence papier indiquée est celle de l’édition russe de la correspondance éditée par Dragomanov. Cela signifierait-il que certaines lettres ont sauté de la version française (on passe en l’occurrence du 16 novembre 1869 au 4 janvier 1870), ou bien qu’il y a eu plusieurs éditions de cette correspondance, et que seule la première, incomplète, a été traduite en français?
    En tout cas, en cas de besoin, je peux vous l’envoyer…

  • Joris Freddy says:

    Bonjour.

    Je serais ravi que vous me fassiez parvenir la lettre en question, effectivement, car je m’intéresse au personnage de l’épouse de Bakounine. Par ailleurs, je viens de lire l’ouvrage consacré à Virginie Barbet et je commence ce soir le vôtre, sur Bakounine et les révolutions de 1848.

    Je viens aussi de publier,ce mois-ci, aux éditions « Avant-propos » à Bruxelles, la biographie d’une militante de la section des Femmes de Verviers, fondée en 1872, Marie Mineur. Si cet ouvrage peut vous intéresser, je vous l’enverrais volontiers à une adresse postale. Enfin, je prépare actuellement une communication sur Bakounine (et ses amis) et la section (et les militants) belge(s) de l’AIT, pour une journée d’étude que nous organiserons (avec la FGTB régionale) à Verviers en mai prochain autour du bicentenaire de la naissance de MB et le 150e anniversaire de la fondation de l’AIT. Bien à vous, FJ.

  • GASTON ZOPOULA says:

    Cher Jean-Christoph Angaut, je suis également intéressé par la lettre en question. je serai très ravi également d’avoir une copie de cette lettre. Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives