René Berthier

berthier_bakounineA l’occasion du débat organisé à Publico le 3 octobre, j’ai fait la connaissance de René Berthier, ce qui m’a permis de me rendre compte que j’étais passé à côté de ce qui s’était écrit de mieux en français sur Bakounine.

En effet, je ne connaissais de René Berthier que le livre Bakounine politique – Révolution et contre-révolution en Europe centrale, publié en 1990 aux Editions du Monde Libertaire, livre intéressant mais qui ne portait que sur un aspect très précis de l’activité de Bakounine à partir de la fin des années 1860. Or René Berthier m’a appris que cet ouvrage n’était en fait qu’une petite partie du travail qu’il avait mené sur l’oeuvre de Bakounine, travail qui est désormais intégralement disponible sur son site internet (que j’ajoute à la liste de liens).

L’un des grands intérêts de la manière qu’a René Berthier d’aborder l’œuvre de Bakounine, c’est qu’il le fait à partir d’une pratique militante, que cette œuvre n’a jamais cessé de nourrir. Il entretient un rapport vivant aux textes de Bakounine et à la pratique que ces textes transcrivent ou accompagnent. Militant anarcho-syndicaliste, formé théoriquement par Gaston Leval (qui publia en 1976 chez Spartacus un livre sur La pensée constructive de Bakounine), René Berthier est l’un des fondateurs de l’Alliance syndicaliste (dont le nom témoigne d’une filiation bakouninienne) et fut longtemps membre du syndicat CGT des correcteurs.  Il a rendu compte de cette expérience militante dans un livre consacré à l’histoire du syndicat du livre et une brochure consacrée à l’Alliance syndicaliste.

Sur le site internet de René Berthier, on trouve notamment une rubrique contenant trois textes substantiels sur l’activité de Bakounine avant qu’il ne soit anarchiste. Nous avons d’ailleurs une divergence d’appréciation sur la date à laquelle il est possible de faire remonter la conversion de Bakounine à l’anarchisme. Pour ma part, je soutiens que Bakounine était devenu anarchiste en 1864, sous l’effet conjugué d’une déception envers les entreprises nationales (notamment slaves), d’une redécouverte de Proudhon et d’une prise de conscience de ce que le monde ouvrier était désormais une puissance révolutionnaire autonome. René Berthier estime de son côté que Bakounine ne peut être considéré comme anarchiste qu’à partir du moment où il adhère à l’Internationale, soit en 1868.

Dans de prochains articles sur ce blog, ou sur nos sites respectifs, nous allons probablement entamer une sorte de débat public sur cette question!

5 réponses à to “René Berthier”

  • Je remercie Jean-Christophe pour ces propos élogieux. Juste une petite rectification: je suis toujours au Syndicat des correcteurs CGT, mais à la section « retraités ». Eh, oui, le temps passe…

    Nos divergences ne portent pas sur un point d’importance galactique et ne modifieront sans doute pas le destin du mouvement libertaire dans les deux cents ans à venir. A quatre ans près…

    Pour l’instant je suis occupé à travailler sur un texte sur Proudhon: je participe en effet à un débat sur lui le 15 octobre dans le cadre d’un colloque organisé à Besançon et ça me tient occupé pour le moment. (Pour info, les éditions du Monde libertaire sont sur le point de publier un livre de moi sur Proudhon, dans le cadre du 2e centenaire de sa naissance.)

    Je suggère donc de reprendre cette question de la date d’adhésion de Bakounine à l' »anarchisme” un peu plus tard. Et j’en profiterai pour expliquer pourquoi je mets des guillemets à anarchisme…

    J’ai été extrêmement heureux de rencontrer J.-C. Angaut à Publico. J’avais lu avec énormément d’intérêt son « Bakounine jeune hégélien ».

    Amitiés à tous

    René

  • Salut
    Existe t il un livre ou une étude expliquant comment Bakounine est devenu ce théoricien reconnu par le courant anarchiste, en clair comment s’est construit sa réputation. Avec Marx c’est assez simple dans la mesure ou d’une certaine façon il a construit lui même son propre parti mais M.B. s’était placé d’emblée dans une autre situation. Merci d’avance

  • Jean-Christophe Angaut says:

    Salut Pierre
    En fait, Bakounine a d’abord été connu comme militant révolutionnaire (notamment après 1848, où son rôle dans les insurrections de Prague et de Dresde, puis son emprisonnement et son évasion étaient connus dans toute l’Europe), même s’il n’était pas anarchiste à cette époque.
    Son statut de « théoricien de l’anarchisme » lui est venu, à mon avis, en plusieurs étapes:
    1) de son vivant, il a été le porte-parole d’une tendance de l’AIT (collectiviste, anti-autoritaire), dont il a, jusqu’à un certain point, simplement formulé les positions. Du coup, il s’est retrouvé désigné comme la figure concurrente à celle de Marx au sein de l’AIT. Donc pour une part, Bakounine avait aussi son « parti ».
    2) après sa mort, son nom s’est imposé, notamment du fait de la publication posthume de ses écrits. Dieu et l’Etat (texte recomposé par Reclus et Cafiero sur la base d’un manuscrit inédit) a sans doute fait beaucoup pour sa réputation de théoricien de l’anarchisme.
    3) et puis il faut aussi prendre en compte les fantasmes qui ont été projetés sur lui, d’abord par Marx et son entourage, puis par une bonne partie des théoriciens socialistes, libéraux et réactionnaires (l’image du Russe barbare, prêt à patauger dans des fleuves de sang, ça fait vendre du papier).
    Voilà, après savoir s’il y a un bouquin qui explique tout ça (en gros qui tourne autour de la réception de Bakounine dans les courants anarchistes), il faudrait que je me creuse un peu plus les méninges…

  • Salut Pierre
    Je ne sais pas si ça répond à ta question mais tu trouveras sur monde-nouveau.net datrois textes (volumineux je le crains) sur

  • (Erreur de manip.)
    Je disais donc qu’il y a sur le site monde-nouveau.net, rubrique « Bakounine avant l’anarchiste » trois textes sur le parcours de Bakounine avant qu’il ne devienne anarchiste.

    1. 1836-1847 Du conservatisme à la révolution démocratique
    2. 1847-1861 Allemagne et question slave
    3. 1847-1868 De la révolution démocratique à la révolution sociale.

    Jean-Christophe et moi avons quelques divergences (parfaitement académiques) sur la date de l’adhésion de Bakounine à l’«anarchisme» : il dit 1864 (je crois) et moi je dis 1868. Ça n’a pas une importance galactique.

Laisser un commentaire

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives