Archive pour la catégorie ‘Actualités’

Bakounine jeune hégélien, le retour

Lundi 18 février 2019, avec ma camarade et néanmoins collègue Pauline Clochec (qui, elle, parlera des jeunes hégélianismes de Marx, auquel elle a consacré une thèse monumentale), je suis invité à l’Université Paris 8 pour y parler de Bakounine comme jeune hégélien. Cette intervention constituera la première séance du séminaire « Hegel après Hegel » organisé par Paul Guillibert, Frédéric Monferrand, Matthieu Renault et Jean-Baptiste Vuillerod. Ce sera l’occasion pour moi de revenir (à tous les sens du terme: y revenir, mais sans doute aussi préciser et corriger) sur ce que j’ai pu écrire à ce sujet il y a assez longtemps déjà dans Bakounine jeune hégélien. La philosophie et son dehors (ENS Éditions, 2007).

Le contenu de ce livre, qui consistait en un remaniement d’un chapitre de ma thèse, a pour l’essentiel été élaboré en 2001 lorsque j’ai commencé à faire de Bakounine l’objet de mes recherches en philosophie (même si c’était une vieille connaissance par ailleurs!). Autant dire que c’est de la vieille ouvrage, et qu’entre temps, ma connaissance du contexte intellectuel qui a présidé à l’écriture des textes jeunes hégéliens de Bakounine (pour l’essentiel les deux articles de 1842 et 1843 « La Réaction en Allemagne » et » Le Communisme ») a considérablement progressé. Lire la suite de cette entrée »

Bakounine et les sociétés secrètes au CIRA de Lausanne le 19 février 2019

Le 19 février prochain, à partir de 19h, je participerai au Centre International de Recherche sur l’Anarchisme (CIRA) de Lausanne à une présentation du numéro 41 de la revue Réfractions, qui a pour titre « Discrets, secrets, clandestins». Ce numéro porte d’une manière générale sur les pratiques qui cherchent à échapper au regard public, et par conséquent aussi aux injonctions contemporaines à la transparence, que ce soit du côté du pouvoir (secrets et mesures discrétionnaires de l’État ou du complexe militaro-industriel, par exemple, mais aussi opacité des plateformes numériques) ou du côté de ceux qui le contestent (refus des injonctions à la transparence, pratiques de discrétion, etc.). On trouvera ici le sommaire de ce numéro. Lire la suite de cette entrée »

Bakounine et la musique : une parution récente

En septembre 2017, la chose m’avait échappé (encore merci Marianne !), a paru un petit livre de Jannis Mallouchos, en allemand, consacré au rapport de Bakounine à la musique. Son titre : Der Gesang der Okeaniden. Michail Bakunin und die Musik (Vienne, Bahoe Books, 2017, 120p., ISBN 978-3-903022-66-9). On pourrait douter qu’il y ait là matière à un livre, mais de fait, en lisant la présentation sur le site de l’éditeur (cf. traduction ci-dessous), il y a en effet bon nombre d’éléments, notamment du côté de la biographie du révolutionnaire russe, qui fut ami avec plusieurs musiciens et dont les conceptions en la matière ont été rapportées par certains d’entre eux. J’ai déjà évoqué sur ce blog la plus célèbre de ces rencontres, avec Richard Wagner à Dresde au printemps 1849 – ce même Wagner qui a livré quelques aperçus sur les goûts musicaux de Michel. Bref, en attendant une éventuelle lecture et recension plus développée de l’ouvrage, voici sa présentation. Lire la suite de cette entrée »

Il s’en passe de drôles, à Priamoukhino

J’avais rendu compte dans de précédents billets de la conférence organisée tous les ans dans le village natal de Bakounine à Priamoukhino – et en particulier de celle qui s’était tenue à l’occasion du bicentenaire de la naissance du révolutionnaire russe. Cette année, les conférenciers ont eu la désagréable surprise de subir une descente de police, avec arrestation et expulsion à la clé. Avec beaucoup de retard, je traduis ci-dessous un communiqué émanant du comité d’organisation de la conférence annuelle. S’il y a des erreurs, ce sont les miennes. Le texte anglais (traduit du russe) se trouve ici.

Commentaire personnel : il y a évidemment une couleur locale bien particulière à ces manœuvres d’intimidation. N’oublions pas toutefois que nous vivons dans un pays où l’on peut condamner quelqu’un pour refus de prélèvement d’ADN, où les libertés publiques sont régulièrement suspendues sous divers prétextes (attentats, sommets internationaux), et où la législation antiterroriste, en constante évolution, permet bien des choses que nous ignorons tant qu’elles ne s’appliquent pas à nous. Lire la suite de cette entrée »

Déclassement et révolution chez Bakounine

Mon précédent billet sur le livre de Claire Auzias m’a fait prendre conscience que je n’avais pas encore mis en ligne ma contribution au volume coordonné par le collectif d’animation du CIRA (Centre International de Recherches sur l’Anarchisme) de Lausanne intitulé Refuser de parvenir. Idées et pratique (Paris, Nada, 2016). Je répare cet oubli, en incitant les lecteurs et lectrices de ce blog à acquérir cet ouvrage, qui comprend nombre d’excellentes contributions de toutes natures. Et surtout, jamais ne parvenez!

(Certains passages de cette contribution sont très proches de la version française de ma conférence à Priamoukhino en 2014, qui n’a été publiée qu’en russe, donc si vous trouvez des ressemblances, c’est tout à fait normal!). Lire la suite de cette entrée »

Bakounine et l’éducation à Liège le 30 mai

Les 30 et 31 mai, je serai à l’Université de Liège dans le cadre d’un colloque international intitulé « Il faut éduquer les enfants: ambivalences de l’idéologie de l’éducation, conjonctures critiques, expérimentations ».

J’y interviendrai à 15h le premier jour sur Bakounine (ben oui, sinon je n’en parlerais pas ici!), et le titre de mon intervention sera: « Bakounine: de l’instruction intégrale à l’éducation libertaire? ». J’y aborderai évidemment les articles de Bakounine relatifs à la question de l’instruction, mais je poserai aussi la question de la place de considérations plus larges sur l’éducation, et des rapports entre instruction et éducation chez le révolutionnaire russe. Le programme est consultable en ligne. Avis donc aux Liégeois et voisins, on peut se voir chez vous cette semaine!

Lumpenproletariat, canaille et révolution selon Bakounine

Je livre ici le texte de ma petite contribution au livre de Claire Auzias, Trimards. « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68, Lyon, Atelier de Création Libertaire, 2017. Et j’en profite pour recommander chaudement la lecture de ce livre (qu’on peut se procurer directement auprès de l’éditeur), qui est à la fois une histoire du Mai lyonnais dans ses aspects les plus oubliés, un recueil de documents (notamment ceux rassemblés par Françoise Routhier, à qui Claire rend justement hommage) qui donne à entendre la voix des trimards, mais aussi une réflexion sur la place dans les mouvements révolutionnaires de celles et ceux que le marxisme a eu tôt fait de ranger dans la catégorie honnie de Lumpenproletariat pour en faire, au choix, des alliés objectifs de la contre-révolution, des anarchistes ou des indicateurs de police (mais n’est-ce pas la même chose, mon bon monsieur, ma bonne dame?). Lisez ce livre, ne serait-ce que pour savoir pourquoi ce billet est publié le 24 mai 2018! À la demande de Claire, j’ai rédigé la petite mise au point qui suit sur la place qu’occupe (ou pas!) la catégorie de Lumpenproletariat chez Bakounine. Le texte est proche, par les thématiques qu’il aborde, de ceux que j’ai pu rédiger pour la conférence de Priamoukhino en 2014 et pour le volume Refuser de parvenir en 2016 (dont je donnerai aussi le texte sous peu sur ce blog). Lire la suite de cette entrée »

L’Appel aux Slaves de Bakounine et Engels

Comme annoncé précédemment, je livre ci-dessous le texte de mon intervention à l’EHESS du 9 février dernier dans le cadre du séminaire « Révolutions de XIXe siècle et sciences sociales ». Je reviendrai dans un prochain billet sur les débats qui ont entouré les travaux de Roman Rosdolsky sur Engels et ses rapports aux « peuples sans histoire », notamment en tant que cela refait surgir des débats autour de Bakounine.

Comme pour le billet consacré à mon intervention à l’EHESS, l’image qui illustre celui-ci est tirée de ce site Internet, qui propose une version fac-similé de tous les articles de la Neue Rheinische Zeitung (Nouvelle Gazette Rhénane), le journal édité par Marx et Engels au cours des révolutions de 1848 et qui accueillit, dans ses n°221 et 222 (datés des 14 et 15 février 1849) la polémique d’Engels contre l’Appel aux Slaves de Bakounine. Lire la suite de cette entrée »

Bakounine sur Radio Prague

En février dernier, j’ai été interviewé sur Radio Prague, dans le cadre de son émission en langue française, pour parler de la participation de Bakounine à l’insurrection de Prague de juin 1848. Je donne la retranscription de l’entretien, qu’on peut aussi trouver sur le site de la radio, avec la version audio. Je remercie Pierre Meignan, qui anime cette émission, pour la qualité de ses questions (pour les réponses, je vous laisse juges !) et l’intérêt qu’il porte à cet épisode.

Bakounine au Congrès slave de Prague en 1848

En juin 1848, dans le contexte bouillonnant des révolutions européennes, Prague accueille un Congrès slave, une des premières occasions où les nationalités slaves européennes se réunissent pour faire valoir leurs droits. Il y a un seul représentant russe à ce congrès, mais pas des moindres, puisqu’il s’agit de Mikhaïl Bakounine (1814-1876). Maître de conférences en philosophie, Jean-Christophe Angaut, spécialiste de la pensée et du parcours du célèbre révolutionnaire, évoque pour Radio Prague le séjour pragois de celui qui deviendra plus tard l’un des plus importants théoriciens de l’anarchisme. Lire la suite de cette entrée »

Parution: « Revolution and the Slav Question: 1848 and Mikhail Bakunin »

Vient de paraître chez Cambridge University Press le volume coordonné par Douglas Moggach et Gareth Stedman Jones et intitulé The 1848 Revolutions and European Political Thought. On peut consulter le site de l’éditeur pour une présentation détaillée. Le livre rassemble une vingtaine de contributions, dont la mienne, intitulée « Revolution and the Slav Question: 1848 and Mikhail Bakunin » (p. 405-428). Je profite de ce billet pour remercier chaleureusement Edward Castleton qui a pris la peine de traduire ma prose en bon anglais académique.

Ça, c’était la bonne nouvelle. La mauvaise, c’est que, bien entendu, ce livre coûte un bras (dans les 85 euros), bien que, comme toujours avec ce genre d’ouvrage, les auteur.e.s doivent considérer le fait d’être publié.e.s par un tel éditeur comme une rémunération en soi. La seule clientèle, en attendant une hypothétique version paperback, semble donc devoir être celle des bibliothèques publiques. Cela dit, pour celles et ceux qui souhaiteraient avoir communication du contenu, il reste toujours HAL-SHS et, outre qu’on peut parfois s’arranger, une partie de ce que je dis dans ce texte se retrouve dans mon intervention à l’EHESS, qui sera l’objet du prochain billet.

Comme tant de personnages intéressants, mais aussi comme l'anarchisme, dont il est considéré à raison comme l'un des fondateurs modernes, le révolutionnaire russe Michel Bakounine (1814-1876) a mauvaise réputation : apôtre de la violence, faible théoricien, radicalement extérieur au champ intellectuel européen, on ne compte plus les griefs qui lui sont adressés.
Toute une partie de ce blog consistera d'abord à corriger cette image, erronée non seulement parce qu'elle consiste à projeter sur la personne de Bakounine les fantasmes construits à propos de l'ensemble du mouvement anarchiste, mais aussi parce que Bakounine n'est pas seulement l'un des premiers théoriciens de l'anarchisme. En consacrant ce blog à Bakounine, nous entendons ainsi présenter toutes les facettes de sa pensée et de sa biographie, depuis les considérations familiales de ses premières années jusqu'aux développements théoriques anarchistes des dernières, en passant par son inscription momentanée dans la gauche hégélienne et par son panslavisme révolutionnaire. Nous nous permettrons également quelques excursus, dans la mesure où ils pourront contribuer à éclairer la biographie et la pensée de notre cher Michka ! Le tout sera fonction des envies, de l'actualité, des réactions de lecteurs, et contiendra autant que possible de la documentation sous forme d'images et de textes.
Les archives